Le Saint-Laurent à la rame, de la ville à l'océan

Mylène Paquette accoste aux Îles-De-La-Madeleine

C’est dans une cacophonie de cornes de brumes et entourée de bateaux de plaisance que la rameuse d’océan et ambassadrice du Saint-Laurent pour la Fondation David Suzuki, Mylène Paquette, est entrée tard hier soir dans le petit port de Havre-Aubert, aux Îles-de-la-Madeleine. Cette dernière escale marque la fin d’un périple de 78 jours sur le fleuve Saint-Laurent. Partie de Montréal le 25 juin dernier, Mylène aura fait escale dans une trentaine de municipalité le long du fleuve jusqu’à L’Anse-à-Beaufils, en Gaspésie qu’elle a quittée le 31 août pour rejoindre sa destination finale. L’accueil des Madelinots a fait chaud au cœur à la rameuse qui se sent fin prête pour la traversée homologuée de l’Atlantique Nord en 2012. « Le Saint-Laurent est un plan d’eau magnifique qui cache bien des difficultés! Je suis vraiment heureuse d’avoir eu un tel décor pour m’entraîner, sans compter tout le soutien des gens qui vivent au quotidien près du fleuve et dont les connaissances m’ont permis d’arriver jusqu’ici, aux Îles… » a-t-elle déclaré.

La descente du fleuve Saint-Laurent constituait le premier volet du projet Odycéan – la traversée de l’Atlantique Nord à la rame, en solo et sans assistance – ayant pour objectifs d’attirer l’attention et de sensibiliser le public aux impacts de l’activité humaine sur les écosystèmes marins. Il s’agissait également d’un entraînement et d’un test pour son bateau et son équipement en vue de réussir la traversée de l’océan en 2012, une première en Amérique. « Je voulais également tester ma résistance à la solitude! Mais de Montréal jusqu’à L’Anse-à-Beaufils, je n’étais jamais seule! Alors, j’en ai profité pour recueillir le plus d’info possible sur le fleuve… En revanche, dès mon départ pour les Îles-de-la-Madeleine, ça a été différent. J’ai pu goûter pendant une semaine à des conditions proches de celles que je connaîtrai dans quelques mois sur l’océan et la solitude était au rendez-vous » avoue Mylène qui en entrevue vous racontera des anecdotes de ses difficultés.

La solitude s’est bien vite estompée sur le quai du port de Havre-Aubert où l’attendait tout un comité d’accueil et son commanditaire principal, Cushe Footwear Canada. « Cushe est fier de supporter Mylène dans son projet Odycéan et à travers ses aventures rocambolesques car nous croyons en elle et ses magnifiques valeurs. La philosophie de Cushe, c’est d’abord et avant tout de vivre une vie indépendante et de faire les choses que vous souhaitez, à votre rythme et avec les gens que vous avez choisis. Mylène représente parfaitement le mode de vie Cushe! » a déclaré Karine Trudel, de Cushe Footwear Canada. Ce commanditaire est donc très heureux de compter Mylène, en tant qu’ambassadrice, dans son équipe que vous pouvez découvrir sur http://www.cushe.ca .

Par ailleurs, Cardinal Communication, http://www.cardinalcommunication.com, premier cabinet de relations publiques au service des Premières Nations est fier d’avoir contribué au succès médiatique de Mylène Paquette.

Mylène Paquette vous donne rendez-vous sur son site Internet www.mylenepaquette.com, sur son blogue et sur sa page Facebook car l’aventure ne fait que commencer… Rendez-vous au mois de mai 2012 pour le grand départ, cette fois vers les côtes française!

-30-

SOURCE : Jean-François Simard, Cardinal Communication



Retour

Droits d'auteurs

Copyright © 2014 Marinaquebec.qc.ca